Mot d’origine arabe désignant la craie rouge du charpentier, Arcanne est une association loi 1091 composée de professionnel(le)s du bâtiment mettant en commun temps et compétences pour promouvoir, accompagner et fiabiliser une approche environnementale et humaine de l’acte de construire et réhabiliter.

, et en plus détaillé :

Arcanne a été créée en juillet 1996 suite à un constat : la prise en compte des problématiques environnementales dans le bâtiment devient de plus en plus réelle, mais la maitrise qui l’accompagne souffre d’un manque de connaissances, ce qui ne nous permet pas d’entrevoir un développement serein de nouvelles approches et filières.

De plus, ici comme ailleurs, l’approche est souvent partitionnée, et exclusivement technique, alors que notre souhait est de voir les projets abordés de manière globale, et avec l’envie de mettre l’humain au centre, que l’on pense aux client(e)s/futur(s)s utilisateur/trices ou aux professionnel(le)s, ou encore à une approche enrichie de l’apport des sciences humaines.

Très vite le souhait a été de s’intéresser aux potentielles filières et approches nouvelles, sachant que nous avions un pied dans le bâtiment, un autre dans le milieu alternatif. Faire de la veille, technique et méthodologique, mais en gardant une distance avec l’objet étudié, pour garder une réelle objectivité.

Association 1901, Arcanne a fait le choix de rester une structure plutôt intimiste, en restant réservée aux professionnel(le)s décidant d’investir de leur temps pour améliorer / fiabiliser la connaissance de sujets spécifiques. En complément des très nombreuses structures C’est notre façon d’apporter une pierre pour une approche soutenable du secteur du bâtiment.

Début 2020 le Conseil d’Administration a confirmé ce qui avait été entrevu à l’AG 2019 : se concentrer sur des initiatives et approches qui travaillent sur l’après, c’est à dire en replaçant chaque projet et action vis à vis de la capacité de résilience des territoires.

… Et  ce n’est pas la période actuelle (confinement du fait du Covid-19) qui va nous faire douter de ce choix.

En conséquence, une des actions qu’Arcanne va désormais fortement suivre concerne l’habitat léger et économique, fait de matériaux de proximité, naturels ou de récupération. C’est un sujet que nous suivions déjà, mais il va désormais prendre une place importante. Avis aux amateurs !

Autre appel à contribution : nous souhaitons développer une réflexion sur l’approche plus « sensible », principalement sur les notions de confort, de ressenti, de bien être. Si certain(e)s ont de compétences, par exemple en kinésiologie ou en cristallisation sensible, nous sommes également preneurs.

Enfin, parler de résilience des territoires fait forcément référence aux capacités à produire localement de la nourriture. C’est donc là un des éléments qui va entrer dans nos réflexions*.

* Lorsque nous écrivons cela nous ne pouvons oublier le passage de « Oïkos construction vivante » à « Oïkos, la maison son environnement » sous l’impulsion d’un groupe mené par Marie Hélène Allemann. C’était il y a bientôt 30 ans… Qui a dit qu’elles n’étaient pas en avance ? (-: